Yannick Butel

BROS : AGONIE DE L’AGONAL
Critiques, Yannick Butel

BROS : AGONIE DE L’AGONAL

C’est dans la grande salle du Théâtre des Salins, à Martigues, que Romeo Castellucci aura présenté Bros. Dernière création du metteur en scène qui convoque au plateau l’acteur roumain Valer Dellakeza et une vingtaine de « non-acteurs », choisis dans la rue et retenus par le théâtre. « Bros » ou une abréviation qui, en anglais, fait référence aux…

Fragments d’Arendt
Critiques, Yannick Butel

Fragments d’Arendt

D’un geste donné aux enfants (Romane, Ariel, Ysaure, Guilad nés Oren) qui ont pris place dans Fragments du metteur en scène Charles Berling, couper le bruit cacophonique des postes de radio disposés sur scène. Leur substituer un silence furtif avant que la comédienne Bérengère Warluzel n’apparaisse et ne fasse entendre une parole et donc une…

Ronces… art de Ferrand
Critiques, Yannick Butel

Ronces… art de Ferrand

« RONCES au TAP, mardi, 20h30 ! C’est une des collaborations avec le TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers dont je suis le plus fier. J’ai emmené une vingtaine d’étudiants dans l’aventure d’un poème scénique sur les plantes sauvages et le vivant. Je les adore, et j’adore comment ça bouge dans tous les sens, bancal, branlant…

UsINER… l’oeuvrier littéraire sur scène
Registre du spectacle vivant, Yannick Butel

UsINER… l’oeuvrier littéraire sur scène

Le 5 novembre prochain, Julien Gourdin présentera UsINER. Une pièce performative présentée à l’amphithéâtre de la Verrière, à Aix-en-Provence. Deux séances (16H00 et 19H30) sont prévues, entrecoupées d’une rencontre avec le public. Premier projet personnel du comédien qui est soutenu et accueilli par la Ville d’Aix. Moment d’importance pour lui qui en parle comme d’une…

« Chez Malte »… les règles du savoir-vivre autrement d’après Ovide
Critiques, Yannick Butel

« Chez Malte »… les règles du savoir-vivre autrement d’après Ovide

« Ovide ! Ovide ! » répétait Brassens qui s’entretenait avec Polac en 1967 sur les auteurs des livres à lire. Et l’on pourrait prêter à Schwind l’exclamation. À la Déviation transformée en pays d’Ovidie, c’est avec gourmandise que Naïs Desiles et Yaëlle Lucas jouent les entremetteuses des Métamorphoses pour le metteur en scène Malte Schwind, dans une scénographie…

Intérieur table… La vie faute d’emploi.
Critiques, Yannick Butel

Intérieur table… La vie faute d’emploi.

La compagnie Emile Saar et Marie Lelardoux devaient présenter Intérieur table (le jour fugace) au Théâtre Vitez. État d’urgence sanitaire oblige, le travail s’est réfugié dans la poursuite des répétitions. Au ZEF à Marseille, devant un parterre de pros, c’est une étape de travail qui était visible ce 23 novembre… Par Yannick Butel.

Autocritique, par le collectif Assensé
Critiques, Yannick Butel

Autocritique, par le collectif Assensé

Joué sans interruption durant les mois de juillet et d’aout à la Déviation, Autocritique est un monologue terrible adressé à un seul spectateur, interprété par Yan B. Autour du travail artistique, le collectif Assensé anime et dirige des ateliers d’écriture « autocritique ». Les productions écrites peuvent alors être intégrées au spectacle. Et, en raison de la…

Hollande sur un plateau…
Éditos, Yannick Butel

Hollande sur un plateau…

Laurent Gaudé, tête de liste pour les prochaines municipales. sur  la liste « faire théâtre de tout », héritier de Vitez, en campagne contre les vilariens…. reçoit le soutien de François Hollande au lycée Saint Joseph

Désobéir… titre prétentieux
Critiques, Yannick Butel

Désobéir… titre prétentieux

Julie Berès, qui dirige la compagnie Les Cambrioleurs, propose Désobéir. Spectacle programmé par la Manufacture. Si la presse est unanime sur le sujet abordé (famille, religion, l’avenir) parce qu’au plateau quatre jeunes femmes issues de l’immigration font le spectacle ; on peut douter que cette forme, qui ravit les spectateurs, soit en définitive au bon endroit….

Le Coup Fantôme, 1948-1989-2018…
Critiques, Yannick Butel

Le Coup Fantôme, 1948-1989-2018…

Au fin fond de la friche La Belle de mai, dans le hangar qu’est la salle Seita, comme au plus loin d’un quai à l’ouest de New York, le metteur en scène Franck Dimech et le dramaturge Arnaud Maisetti proposaient, quatre jours durant, Le Coup Fantôme d’après Bernard-Marie Koltès. Dans cette aventure, à eux deux…


1 2 3 6

Je suis obsédé par l’insensé, je suis obsédé par la multiplicité.
Didier-Georges Gabily

Archives
Partenaires