Critiques, Yannick Butel

Les Thénardiers… le risque du Off.

Les Thénardiers… le risque du off.

par Yannick Butel

 

Moins un mot qu’un état d’esprit, « Thénardier » dans Les Misérables de Victor Hugo désigne le monde des commerçants sans scrupules. Des esclavagistes et des rentiers sans vergogne qui exploitent une situation et des personnes. C’est le substantif qui souligne l’abjection et l’intérêt le plus vil. Si ce mot peut ainsi souligner un trait obscène chez une personne, ici nous l’étendrons à l’idée que c’est aussi un lieu. C’est-à-dire un espace où les seules règles du profit gouvernent. Le profit et l’intérêt au mépris de tout ce qui relèverait d’autre chose.

Récemment, c’est cette expérience que le Off nous permit de vivre de la manière la plus agressive. Et précisément, puisqu’il nous faut nommer le Thénardier qui est légion dans le off d’Avignon, c’était à l’atelier florentin. Salle exiguë, plateau exiguë, disposition de chaises dans l’allée, attente interminable du spectateur en retard (histoire de ne pas rembourser) ou attente du client que l’on tracte dans la rue, sur le trottoir d’en face…

Ici, le théâtre n’est rien. Au mieux est-il un appât, un leurre… Le théâtre n’est rien et l’acteur, ce précaire qui cherche à exister, est soumis à la loi des Thénardiers qui font peu de cas de son art. Peu de cas, puisqu’ici les Thénardiers sont les rois.

Ils seraient bon que le Off s’inquiète de cela. Juste qu’il identifie ces salles qui sont des nons-lieux. Pertinent qu’ils prennent le temps de regarder ce qu’il défend (le théâtre) ; à moins que le Off n’ait cédé aux enjeux d’une économie, d’une ville qui fait son beurre et s’engraisse le temps du festival.

Peut-être, donc, penser à un « label » dans le programme du Off, un « indice » qui signalerait l’état de l’accueil et de la salle permettrait au public de savoir s’il y a encore du théâtre ou s’il aura affaire à des Thénardiers.

Entre un pied de chaise et un pied de caméra, il n’y avait pas plus de place pour le spectateur que je suis que pour l’acteur qui s’exécutait. Ou quand les Thénardiers, soucieux de profits, engraissent… Ou l’esprit libéral : la « pensée » grasse comme seul horizon.

16 juillet 2019

About Author

ybutel


Je suis obsédé par l’insensé, je suis obsédé par la multiplicité.
Didier-Georges Gabily

Les Dernières critiques
Archives
Partenaires