Cette page requiert que JavaScript soit activé pour fonctionner correctement. / This web page requires JavaScript to be enabled.

JavaScript is an object-oriented computer programming language commonly used to create interactive effects within web browsers.

How to enable JavaScript?

Critiques – Page 26 – L'!NSENSÉ
Bienvenue sur la nouvelle scène de l'!NSENSÉ
illustration édito

15 juillet 2012 - CR!T!QUE

La Faculté, la tragédie à la contemporaine

Anastasia Patts

—— En ce 13 juillet on s’approche de la salle de spectacle en plein air dans la cour du lycée Mistral. Le soleil s’est presque couché et le sable inattendu surgit sous les pieds, soigneusement versé par des organisateurs de la représentation. Ce n’est pas au hasard qu’on se retrouve près du lycée : il vaux mieux se plonger dans l’ambiance scolaire pour entrer dans l’espace de La Faculté d’Éric Vigner, le premier résultat du projet expérimental de ce metteur...

illustration édito

15 juillet 2012 - CR!T!QUE

Riposte à Honoré l’ancien

Yannick Butel

—— Du Nouveau Roman de Christophe Honoré, donné dans la cour Saint Joseph, c’est moins ce que le spectacle montre et présente que je conserverai, que ce qui, à l’évocation d’un nom, d’un mot… se rappelait à la mémoire et au souvenir. Entre 22H00 et 1H45, il était ainsi possible à l’esprit de se faire buissonnier… et de s’acquitter de son droit de spectateur mécontent. Ou quand il n’est d’autre scène que celle de l’imaginaire afin d’éviter, un peu, la...

illustration édito

14 juillet 2012 - CR!T!QUE

Very Very Very Wetr

Nora Idieder

La chorégraphe Régine Chopinot, invitée sous son nom de compagnie Cornucopiae, dévoile sa création Very Wetr, co-construite avec la compagnie de danse kanak Wetr du 9 au 16 Juillet au cloitre des Célestins. Ce spectacle a vu le jour suite à plusieurs voyages de Régine Chopinot sur l’ile de Lifou, les terres natales de la compagnie kanak. Echange, partage, rencontres autour de la danse, ont permis différents essais chorégraphiques. S’en suit une proposition de présenter le fruit de cette collaboration...

illustration édito

14 juillet 2012 - CR!T!QUE

Le syndrome de Down et le théâtre

Anastasia Patts

De multiples questions éthiques et esthétiques se lèvent quand on parle de l’art des handicapés mentaux, quoi qu’il en soit : peinture, théâtre, musique, écriture. A-t-on le droit de le traiter comme l’art « des normaux » mais différent? Est-ce qu’il représente un art à part entière avec le label «spécifique » ? Ou alors cette création ne présente-t-elle que le résultat de l’art-thérapie ? Une agitation à peine saisissable flotte dans la salle Benoît-XII. En attendant une représentation au...

illustration édito

13 juillet 2012 - CR!T!QUE

Et c’est le Crash

Anaïs Plasse

—- Avignon. 66ème édition. Salle du Gymnase du lycée Mistral. Neuf juillet 2012. Décollage prévu à dix-huit heures. Atterrissage programmé une heure et demi plus tard. Le vol durera en fin de compte une heure de moins que ce qui avait été initialement estimé par la pilote Séverine Chavrier. Architecte de l’aéroport: Vincent Gadras. Néons: Christian Dubet. Sons et bruits: Philippe Perrin. Vidéo(-surveillance): Benoît Simon et Jules Zingg. Habillage: Laure Maheo. Copilotes, touristes, errants : Bénédicte Cerutti, Séverine Chavrier, Marta...

illustration édito

13 juillet 2012 - CR!T!QUE

De A, Aïda, à X, Xavier

Anaïs Plasse

Vaste immensité pour un seul homme lorsque John Berger traverse le plateau de la Cour d’honneur du Palais des Papes. A ciel ouvert, sous l’étoile polaire, l’auteur et directeur de la mise en lecture de De A à X annonce avec humilité que nous patienterons avec l’écoute de la fin d’une émission de France Culture. La chaîne de radio, captant et diffusant en direct la lecture portée par Juliette Binoche et Simon McBurney en ce dix juillet 2012 a un...

illustration édito

13 juillet 2012 - CR!T!QUE

De Mitchell à McBurney : la Maitrise et le Maître

Antonin Ménard

—- De 18h à 1h00 du matin, traversée du 10 au 11 juillet 2012, en compagnie de deux metteurs en scène britanniques jouant d’inventivité et d’intelligence pour traduire chacun l’esprit d’un roman sur un plateau. Des « Anneaux de Saturne » de W.G.Sebald au gymnase Aubanel mis en scène par Katie Mitchell au « Maître et Marguerite » de M. Boulgakov dans la Cour d’honneur mis en scène par Simon McBurney, le festival d’Avignon invite à découvrir la projection sur...

illustration édito

13 juillet 2012 - CR!T!QUE

Le Malin Génie de McBurney : le pepper papal

Yannick Butel

Rarement la Cour d’Honneur du Palais des Papes aura été l’endroit, pris dans toutes ses dimensions, de l’attention d’un metteur en scène qui, en recourant à une techonologie mise au service d’une œuvre, vient bouleverser l’architecture patrimoniale de cet espace si symbolique. McBurney et son « Maître et Marguerite » s’y livrent dans une déambulation fantastique où le roman de Boulgakov, déjà déboussolant, trouve une dimension aérienne. Après Papperlapap de Marthaler, voilà le pepper papal McBurney Un monde rêvé Dans...

illustration édito

13 juillet 2012 - CR!T!QUE

Comment tomber dans l’angoisse?

Nora Idieder

—– La Nuit Tombe une fois de plus sur le festival d’Avignon en ce 11 Juillet, il est 22h. Sous les voûtes fraiches de la Chapelle des Pénitents Blancs, contrastant avec la chaleur écrasante de cette après-midi, Guillaume Vincent nous livre sa première création en tant qu’auteur, La nuit tombe… Le choix de la Chapelle du Pénitent Blanc, salle limitée en nombre de places, environ une centaine de sièges, n’est pas un choix opéré par hasard. Nous voici confinés entre...

illustration édito

12 juillet 2012 - CR!T!QUE

Cherkaoui cherche quoi?

Annabelle Hanesse

Puz/zle est la dernière création chorégraphique de Sidi Larbi Cherkaoui, montée spécialement pour les Carrières de Boulbon. Thème principal du spectacle, la pierre s’est trouvée être un matériau de recherche pour le corps des danseurs. La danse physique et théâtrale se met au service d’un mouvement de reproduction permanent. Sidi Larbi Cherkaoui est un artiste qui a beaucoup travaillé en collaboration, avant de créer sa propre compagnie East man en 2010. Dans Puz/zle il dit s’être intéressé aux différents mécanismes...

illustration édito

12 juillet 2012 - CR!T!QUE

La négation du temps, persistance d’un rébus

Annabelle Hanesse

—- Quoi de mieux que la Place de l’Horloge pour présenter Refuse the Hour de William Kentridge et ses collaborateurs : Philip Miller à la musique, Dada Masilo à la danse, Catherine Meyburgh à la vidéo et Adam Howard à la direction musicale. Dans une improbable installation de machines, de dessins et d’instruments, les danseurs et chanteurs, pendant plus d’1h30, mettent en place une époustouflante célébration du temps. William Kentridge, auteur de films d’animation, sculpteur, metteur-en-scène, est avant tout, dessinateur....

illustration édito

12 juillet 2012 - CR!T!QUE

Sans titre de Cohen : le dessous de l’intimité

Anastasia Patts

—– Le performeur Steven Cohen ébranle son public avec ses inclassables interventions données dans les lieux difficiles à imaginer d’être ceux pour une représentation théâtrale. Alors, le 11 juillet 2012 le public est invité dans un lieu secret et normalement caché des regards des autres: le sous-sol de la scène de la Cour d’honneur du Palais des Papes en Avignon. Des spectateurs vont porter témoignage de la naissance de la performance de Steven Cohen « Sans titre. Pour raisons légales...

illustration édito

11 juillet 2012 - CR!T!QUE

La marche de Sebald, le pas à pas de Mitchell

Yannick Butel

—– Au gymnase Aubanel, Kathie Mitchell présente Les anneaux de Saturne de Sebald. Où une épure rare et intense livrée dans un geste humble et rigoureux. Une profondeur extrême fascinante. Dans la parenté de l’univers visuel de Tarkovski et des photos brisées de Francesca Woodman. De Saturne de Sebald De la fenêtre des trains, quand les paysages défilent ; du bout d’une jetée, quand le regard ne rencontre plus aucun seuil que l’horizon décoloré ; d’une table de café à...

illustration édito

10 juillet 2012 - CR!T!QUE

De A à X

Annabelle Hanesse

Artiste invité au côté de son ami Simon Mac Burney, John Berger propose sous forme de lettres un brillant pamphlet où la voix de la lutte et celle de l’amour s’unissent et se confondent. C’est entre les hauts murs du Palais des Papes, troués de fenêtres à la manière d’une prison, que Juliette Binoche et Mac Burney se livrent à une formidable correspondance épistolaire où s’entremêlent douceur et gravité. Auteur britannique, John Berger a d’abord été peintre avant de se...

illustration édito

10 juillet 2012 - CR!T!QUE

Les chaussettes de l’archi-Duchesse

Yannick Butel

Avec Meine Faire Dame. Ein Sprachlabor, Christoph Marthaler s’intercale dans l’histoire des mythes du cinéma hollywoodien, au moment où ceux-ci s’affrontent au développement de la télévision, dans les années 50. Moment de crise de la Comédie musicale donc où My Fair Lady, tourné par Georg Cukor en 1964, peut apparaître comme le chant du cygne d’une époque et d’un « genre ». Salle Vedène, c’est sur ces ruines, que Marthaler livre une création drôlatique, clownesque et lyrique. Une sorte de...

illustration édito

10 juillet 2012 - CR!T!QUE

En travaux : Nuits d’incertitudes

Antonin Ménard

—– A la Manufacture, le préau CDR de Vire s’est installé pendant toute la période du festival pour présenter « En travaux » écrit et mis en scène par Pauline Sales1. Pendant une heure trente, une collision de deux êtres que tout oppose se déploie. Lui, c’est un homme, André, chef de chantier, français. Elle, une femme, Sveltana, biélorusse. Elle travaille dans le bâtiment. Elle n’est pas blonde, pas grande, elle n’attend pas les clients sur les boulevards des métropoles...

illustration édito

9 juillet 2012 - CR!T!QUE

Trait pour trait

Pauline Estienne

—– Une forme nouvelle. Pour le 66ème festival d’Avignon, Nacera Belaza présente Le trait. Cette création se joue à la salle polyvalente de Montfavet à dix-huit heures. La chorégraphie de quatre-vingt minutes se compose de trois tableaux : Le cercle, un duo interprété par Mohamed Ali Djermane et Lofti Mohand Arab, Le coeur et l’oubli par Dalila Belaza, et La nuit par Nacera Belaza. La première et la troisième parties sont chorégraphiées par Nacera Belaza, la deuxième par sa sœur....

illustration édito

9 juillet 2012 - CR!T!QUE

En v’là une drôle d’affaire!

Annabelle Hanesse

—– Le théâtre du petit chien ouvre le festival Off d’Avignon avec le diptyque d’Yvette Guilbert, chanté par Nathalie Joly. ‘En v’là une drôle d’affaire’ ébauche les textes et récits de la vie de cette « diseuse fin de siècle » (surnom fait par Jehan Sarrazin, son directeur artistique en 1892). Yvette Guilbert, qualifiée de féministe et cocasse, a vécu entre la critique et la fascination du public pour ses chansons au ton cruel et dérisoire. Le spectacle retrace chronologiquement...

illustration édito

9 juillet 2012 - CR!T!QUE

L’encerclement du trait

Anaïs Plasse

—- En ce 8 juillet 2012, la chaleur pèse en Avignon. Les rues, pleines d’affiches comme autant de créations sur papiers désirant attirer une poignée de spectateurs sont déjà, pour la plupart, cornées. Loin des remparts avignonnaises, dans la salle Montflavet, à quelques trente minutes de bus, se donne pour la première représentation Le Trait, que signe la chorégraphe et danseuse Nacera Belaza. Il est près de dix-huit heures : une file d’attente repose patiemment, dans un silence habitué. Le...

illustration édito

9 juillet 2012 - CR!T!QUE

Nouveau roman / Minuit sonné

Antonin Ménard

—– Dans son abécédaire, à la lettre L comme Littérature, Deleuze dit cette chose sur ce que c’est que de construire, que de donner vie à un personnage. La difficulté qu’il imagine à l’élaboration d’un sujet fictif. L’émerveillement qu’il a à découvrir un personnage et la fascination qu’il a à appréhender sa construction. Il pense aux romans de Musil, Melville ou Beckett, mais aussi aux personnages que la philosophie et les philosophes ont inventés comme Platon ou Nietzche. Christophe Honoré...

illustration édito

8 juillet 2012 - CR!T!QUE

McBurney: Le Maître enchanteur

Pauline Estienne

Une adaptation visuelle du roman fantastique Seize chaises inoccupées. Deux micros en avant scène crépitent d’impatience. Lorsque vingt-deux heures retentit dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes, quelques spectateurs retardataires rejoignent rapidement leur place. Les minutes passent puis, comme par enchantement, une lignée d’acteurs entre en scène. La lumière du public s’assombrit alors peu à peu. Les comédiens s’assoient sur leur chaise. Juste le temps d’une respiration et nous voilà lancés pour l’ouverture du 66 festival d’Avignon le 7...