Cette page requiert que JavaScript soit activé pour fonctionner correctement. / This web page requires JavaScript to be enabled.

JavaScript is an object-oriented computer programming language commonly used to create interactive effects within web browsers.

How to enable JavaScript?

Critiques – Page 4 – L'!NSENSÉ
Bienvenue sur la nouvelle scène de l'!NSENSÉ
illustration édito

16 novembre 2019 - CR!T!QUE

Item – Du tissage qui nous découd

Malte Schwind

Item, la nouvelle création du Théâtre du Radeau se joue à la Fonderie du 5 au 23 novembre 2019. Une expérience si rare. À voir absolument. Il est difficile de décrire l’expérience du radeau, mais l’effet qu’il produit, à chaque nouvelle création – Onzième, Passim, Soubresaut, et maintenant Item (d’autres avant) – est la preuve que quelque chose de réel et d’important s’y trame, s’y tisse. Et ce qui s’y tisse avec et entre les textes de Dostojewski, Walser et...

illustration édito

15 novembre 2019 - CR!T!QUE

Quand la subtilité fait un tabac : Dom Juan par Olivier Maurin

Jérémie Majorel

Dom Juan de Molière, mis en scène par Olivier Maurin, TNP de Villeurbanne, 13 novembre-7 décembre 2019. C’est la première fois qu’Olivier Maurin monte un classique du répertoire, lui dont Illusions d’Ivan Viripaev est le dernier spectacle en date. Un fil se tisse de l’un à l’autre, par où mettre en scène Dom Juan relève ici plus d’une nécessité poétique que d’un passage obligé : le retour du quatuor Clémentine Allain (Elvire), Fanny Chiressi (Mathurine, M. Dimanche), Arthur Fourcade (Dom Juan)...

illustration édito

7 novembre 2019 - CR!T!QUE

Entrée en matière : De l’Ève à l’eau d’Angélique Clairand & Éric Massé

Jérémie Majorel

De l’Ève à l’eau d’Angélique Clairand & Éric Massé, Théâtre du Point du jour (Lyon), 5-14 novembre 2019.     La vieille Ève ne peut plus continuer à vivre dans sa ferme. Le médecin diagnostique ce qui s’apparente à une maladie d’Alzheimer. Sa mémoire du présent immédiat s’estompe au profit de la reviviscence d’un passé lointain. Ève la bien nommée amorce donc une « rétro-genèse ». Elle se remet à parler le dialecte poitevin de sa prime jeunesse, projette autour d’elle des...

illustration édito

24 octobre 2019 - CR!T!QUE

« Il faut une éternité pour étrangler un être » : Oreste à Mossoul de Milo Rau

Jérémie Majorel

Oreste à Mossoul de Milo Rau, Célestins (Lyon), Festival Sens Interdits, 22-23 octobre 2019. Ou un théâtre à défaut de revenir à Mossoul, auprès de ces survivants qui ont joué L’Orestie avec les comédiens présents sur le plateau, en Irak, parmi les décombres des guerres passées et présentes (chute de Saddam Hussein, État islamique, etc.). Les occupations se succèdent dans cette ville depuis des millénaires, en un temps immémorial qui précède même largement celui d’Homère. Est reconstitué sur le plateau...

illustration édito

21 octobre 2019 - CR!T!QUE

Immersion technologique grinçante

Coline du Couedic

Ersatz, de Julien Mellano Festival Avignon Off 2019, Le Train Bleu Par Coline du Couedic Dans le cadre des invitations de l’Insensé, le collectif ouvre ses pages Coline du Couedic, critique à FadaDart Voici venu le mois de juillet, et avec lui le très attendu Festival d’Avignon. Alors que le soleil bat son plein, une flopée d’amateurs d’arts vivants se pressent devant la petite salle du Théâtre du Train Bleu, au cœur d’Avignon. Ils vont voir Ersatz, petit ovni se situant...

illustration édito

28 juillet 2019 - CR!T!QUE

Photos volées…

Yannick Butel

Le Festival if – en cour consistait dans l’occupation d’une cour intérieure à Avignon  (23 rue des trois Colombes) pendant le Festival d’Avignon IN et OFF. Nous voulions y expérimenter la possibilité d’un autre espace-temps qui ne soit pas soumis à la logique de marchandisation des oeuvres et de la mise en concurrence des artistes. Nous cherchions à créer des espaces qui rendent possibles un autre rapport à l’art, c’est-à-dire où ce rapport ne se réduit pas à de la...

illustration édito

24 juillet 2019 - CR!T!QUE

Éternels coquelicots rouges… Au nord, contre l’immobilisme et l’immobilier

Yannick Butel

Le Rouge éternel des coquelicots, avec Catherine Germain Gilgamesh. Festival d’Avignon. D’un poème, comme souvent, il a une origine. Jadis, il y avait les muses. Aujourd’hui, un poème vient parfois de muses anonymes. Latifa, des quartiers nord de Marseille, est de celle-là qui sert de paysage au Rouge éternel des coquelicots de François Cervantes. Latifa, incarnée et transfigurée au plateau par la grande Catherine Germain, cette comédienne dont on pourrait dire aujourd’hui, et depuis longtemps déjà, qu’elle porte en elle...

illustration édito

24 juillet 2019 - CR!T!QUE

Orphelins… le théâtre des « décadrés »

Yannick Butel

Orphelins, La compagnie La Cohue Gilgamesh. Festival Avignon. Dans l’agonie qu’est le festival d’Avignon quand le peuple des estivaliers fout le camp et bat en retraite devant une population autochtone qui réclame sa ville avec l’arrogance de ceux qui ont essoré les comptes des férus de théâtre ; à même les affiches, feuilles de salle et autres tracts etc. qui ressemblent maintenant à des tas de feuilles mortes sur lesquels les engins mécanisés de la voierie se jettent comme des vautours...

illustration édito

23 juillet 2019 - CR!T!QUE

Algérie-France… une partie jamais terminée

Yannick Butel

Et le coeur fume encore, compagnie Nova. Mise en scène Alice Carré et Margaux Eskenazi Festival d’Avignon Off 2019, Gilgamesh.   Qu’est-ce qu’un collectif de théâtre pourrait faire de l’histoire d’amours et de haines entre l’Algérie et la France ? A quoi tient qu’un groupe de jeunes comédiens et de comédiennes, héritiers et protagonistes, s’empare d’une histoire et en fasse un « spectacle » ? Sans doute attentif à un héritage, et donc « un temps qui ne passe pas », la compagnie Nova présentait au...

illustration édito

22 juillet 2019 - CR!T!QUE

Avec un cul pareil, je risque pas de m’envoler

Chloé Larmet

A Vedène, du 16 au 23 juillet, Outside de Kirill Serebrennikov rejoue l’envol du photographe chinois Ren Hang. Un hommage pop déjanté et impertinent. Il ressemble en tous points à Noureev : collants noirs à bretelles, t-shirt blanc moulant, une chevelure digne d’une pub pour shampooing contre les pellicules. Une différence toutefois, notable : son cul, énorme. Un danseur étoile avec un cul pareil, c’est du jamais vu. L’avantage, c’est que s’il lui prenait l’envie de sauter par la fenêtre, il resterait...

illustration édito

22 juillet 2019 - CR!T!QUE

Eh bien, ç’aurait pu

Malte Schwind

Eh bien dansez maintenant de Emilie Vandenameele et Alexandra Cismondi se jouait au Festival OFF d’Avignon 2019 au Théâtre du Train Bleu à 22h30. À défaut de faire l’expérience. Eh bien dansez maintenant tente de raconter la bataille de ce que c’est que de tenter de vivre sa vie. Alexandra Cismondi monologue en jouant tous les dialogues avec la famille, l’amante, le professeur, l’employeur… On entend l’aliénation de la famille, l’injonction sociale de la réussite, le ressentiment petit-bourgeois et son...

illustration édito

22 juillet 2019 - CR!T!QUE

Laterna magica et le courage d’une vie à soi

Malte Schwind

Laterna magica, de la Cie STT (Super Trop Top) se jouait au 11 Gilgamesh Belleville dans le Festival OFF d’Avignon 2019 à 10h30. Enfin un théâtre qui ne ment pas. Laterna magica traverse la vie d’Ingmar Bergman à partir de son texte du même nom. Il constitue une sorte d’autobiographie qui parcourt les souvenirs et les troubles dès son enfance. Se dessine quelque chose qui fait sauter l’ordre moral d’aujourd’hui car nous apercevons bien de quelles complexités nous sommes faites,...

illustration édito

22 juillet 2019 - CR!T!QUE

« Moi, Bernard », la vie faite œuvre

Arnaud Maïsetti

Moi, Bernard, de la compagnie Astrov, théâtre de la Caserne, Avignon Off 2019. Adaptation pour la scène de la correspondance de Bernard-Marie Koltès, par Jean de Pange et Claire Cohen, interprété par Jean de Pange, collaboration à la mise en scène Laurent Frattale et Pauline Collet Sur la table, quelques livres à quoi tient peut-être une vie quand on l’écrit, et qu’on a voulu qu’elle soit l’épreuve de force engagée avec l’œuvre. C’est toujours l’énigme de l’écriture et de la...

illustration édito

22 juillet 2019 - CR!T!QUE

Université d’été – Mémoire du corps et transmission en post-colonie, Chapelle du Verbe Incarné

Yannick Butel

Chapelle du Verbe Incarné, Université d’été du Sefea organisée, entre autres par Sylvie Chalaye et Pénélope Dechaufour. Dans le tumulte avignonnais, universitaires, artistes, auteurs prennent le temps du dialogue et de l’écoute à La Chapelle du Verbe Incarné. Lieu de réflexions et d’échanges. Avec Mémoire du corps et transmission en post-colonie l’Université d’été du SefeA interroge la création contemporaine en étudiant en particulier la question du corps scénique et du corps diasporique dans des dramaturgies travaillées par la question de la mémoire...

illustration édito

21 juillet 2019 - CR!T!QUE

Flavien ou de la bêtise

Malte Schwind

Flavien se joue au Théâtre du Train Bleu à 15h20. Mais on peut rien en dire. Flavien s’est donné à voir comme une parodie d’un one man show, une parodie de lui-même, une parodie de la parodie. Et on aurait peut-être pu faire l’expérience d’un trouble produit par cet anti-spectacle, s’il n’y avait pas eu deux ou trois spectatrices qui devaient manifester bien fort le fait qu’elles trouvaient bien drôle les choses les plus bêtes. C’était caricatural. Il était impossible...

illustration édito

21 juillet 2019 - CR!T!QUE

Ma colombine… Omar Porras seul(S) en scène aux mondes

Yannick Butel

Ma Colombine, texte de Fabrice Melquiot, mise en scène d’Omar Porras Au Gilgamesch. De la rencontre de l’auteur Fabrice Melquiot et du comédien colombien qu’est Omar Porras est apparu Ma Colombine, un texte de Melquiot et une mise en scène signée par ce grand comédien à l’univers indéfinissable qu’est Porras que l’on retrouve au plateau. Soit une pièce ou un solo d’un peu plus d’une heure que l’on pourrait confondre avec un voyage onirique et ubuesque. Là, à l’endroit d’un...

illustration édito

21 juillet 2019 - CR!T!QUE

Ordinary people… simplement simple.

Yannick Butel

Ordinary People, mise en scène Jana Svobodova et Wen Hui théâtre Benoit XII. Festival d’Avignon.   C’est aux Printemps ! À chaque fois au Printemps que les peuples, les « gens ordinaires » viennent à se soulever. Avec Ordinary People, présenté au Théâtre Benoit XII, Jana Svobodova revient là-dessus, mêlant les événements de la place Venceslas de Prague en 1969, et ceux de la place Tien’anmen en avril 1989. Au plateau, dans un rapport au performatif, interprètes chinois et tchèques se mêlent à...

illustration édito

21 juillet 2019 - CR!T!QUE

I’m woman… why not !

Yannick Butel

I’m woman, avec Ana Daud Archipel Théâtre, festival d’Avignon.   Avec I’m Woman, présenté à l’Archipel théâtre, Ana Daud, crinière blonde et « roulée comme un mannequin », plus performeuse que comédienne, en collaboration avec Dmitry Akrish, se livre. « Se livre », au sens propre et figuré, là où le théâtre documentaire est sans habillage, là où les limites entre l’autofiction et l’autobiographie sont dépassées. Trash, sincère, peut-être parfois maladroit (un brin de pathos en trop), mais produisant une sorte de chaos esthético-poétique...

illustration édito

20 juillet 2019 - CR!T!QUE

Un pari d’un franchement tu

Malte Schwind

Swann s’inclina poliment de la Cie Franchement, tu se joue au 11 Gilgamesh-Belleville durant le Festival OFF d’Avignon à 22h25. La mise en scène de Nicolas Kerszenbaum se fonde sur un pari qui consiste à faire incarner Swann par le public. Pari noble dans le sens où le rôle de celui qui incarne « comment le monde devrait être » est donné aux spectateurs. C’est eux qui seront dans une hauteur face à la scène qui, elle, incarne ces personnages méprisables des...

illustration édito

20 juillet 2019 - CR!T!QUE

Dom Juan au service de la réaction

Malte Schwind

Dom Juan de la Cie La Naïve se joue durant le Festival d’Avignon OFF 2019 au Théâtre du Chêne Noir. D’un théâtre réactionnaire. Regardant un tant soit peu l’histoire du théâtre, on pourrait croire qu’on en aurait fini depuis longtemps avec les personnages, l’illusion, la représentation, qu’on aurait fini avec la construction d’espaces auxquelles il faudrait croire pour qu’elles fonctionnent. On pourrait croire que toute compagnie de théâtre contemporain digne de ce nom s’attache à travailler des formes d’expérience, immanentes....

illustration édito

20 juillet 2019 - CR!T!QUE

« Ce sacré corps »

Jérémie Majorel

Combat de nègre et de chiens de Koltès, par Thibaut Wenger, à Présence Pasteur les 5-21 juillet 2019. L’argument de la pièce de Koltès, celle qui a scellé son alliance avec Chéreau dans les années 1980 à Nanterre-Amandiers, tient en peu de mots : un Noir, Alboury, vient réclamer le corps de son frère à Horn, chef d’un chantier français en pays africain ; Horn couvre Cal, son subordonné, qui l’a assassiné puis fait disparaître ; débarque de Paris une femme qu’il connaît...